Le ballon intragastrique

Prof Nadey Hakim

Traitement du Surpoids : Pas une Mince Affaire …
Directement ou indirectement, l’obésité cause 10 fois plus de décès que les accidents de la route. Les traitements individualisés et pluridisciplinaires (médico-diététiques, et chirurgicaux) pour enrayer la prise de poids chronique ont aujourd’hui fait la preuve de leur efficacité. Leur objectif n’est pas d’atteindre à tout prix un IMC (Indice de Masse Corporelle) en dessous de 25 mais de réduire le poids pour minimiser les risques de complications. Le point sur les techniques actuelles avec le Professeur Nadey Hakim, chirurgien à Harley Street.

Quelles options s’offrent aujourd’hui aux patients en surpoids ?
Professeur Hakim : l’obésité est une maladie comportementale multifactorielle dont le traitement est complexe. Quand les mesures classiques ne suffisent plus à enrayer la prise de poids (suivi diététique, activité physique, prise en charge psychologique), le recours à la pose d’un anneau gastrique ou à la chirurgie est alors envisageable mais pas automatique. L’intervention la plus simple et la plus utilisée est la mise en place d’un ballon intragastrique (rempli de sérum physiologique). Le bypass ainsi que les différents types de gastrectomies sont des actes lourds et irréversibles. Il ne faut pas banaliser ces opérations qui comportent des risques importants et entrainent un suivi médical à vie.
Quels sont les avantages du ballon gastrique ?

Des résultats frappants ! De plus, il n’entraine pas de complications, il ne cause pas d’inconfort digestif (on ne le sent pas) et on peut le garder 12 mois – après il risque de se percer. Sa mise en place -tout comme son retrait- est un geste simple. Il ne nécessite qu’une anesthésie locale et ne prend que quelques minutes par voie endoscopique. Le patient peut rentrer chez lui deux heures seulement après la procédure. Cette technique permet de perdre jusqu’à 20 kilos ! Des résultats qui tentent de nombreux candidats à la minceur comme les futures mariées qui souhaitent rentrer dans une jolie robe ou des couples qui veulent maigrir « ensemble » pour s’encourager mutuellement ! Pour les patients souffrant d’obésité morbide, la perte de poids grâce au ballon rend la chirurgie plus accessible plus tard.
Quels risques et quels effets secondaires ?
Cette procédure est contre-indiquée aux patients ayant déjà subi un by-pass ou un sleeve, à ceux souffrant de pathologies inflammatoires (maladie de Crohn, colite ulcérative …)
Dans les 48 heures qui suivent l’intervention, vomissements et crampes sont fréquents mais disparaissent vite.
A long terme, une abdominoplastie est souvent nécessaire dans un but esthétique pour supprimer l’excès de peau.

Quelle alimentation « après » l’intervention ?
Elle est liquide pendant 3 jours, puis légère (yaourts, soupes). Elle devient progressivement complètement normale mises à part les quantités qui sont réduites car l’appétit diminue très vite. Le suivi diététique est indispensable, un soutien psychologique est vivement recommandé.
Reprend-on du poids après ?
Si le patient n’a pas appris à modifier ses habitudes alimentaires, oui. Mais en un an, il devient généralement très habile avec les règles de l’équilibre nutritionnel et il reprend une activité physique très bénéfique.

Pour plus d’information : www.nadeyhakimsurgery.com

Propos recueillis par Francine Joyce
Paru dans L’Echo Octobre – Novembre 2017