Epices du bout du Monde : Pourquoi s’en râper ?

épices

Attention Tabou ! Les « vieux » tubercules (gingembre, topinambours, panais et autres betteraves pourpres) sont devenus les nouveaux arguments gastronomiques à la carte des plus grandes tables ! Leur saveur inattendue est devenue la promesse branchée d’un croquant parfumé pour relever tous les veaux, vaches, cochons, couvées de vos menus et d’un surcroît de piquant à votre libido !
L’invitation à saupoudrer plats et boissons d’épices aux vertus mythologiquement tonifiantes voire aphrodisiaques ne serait-elle pas la chimérique promesse de finir « dans de beaux draps » ?! Si cette réputation sur la sensualité des Roméo reste inaltérable depuis des millénaires, elle reste à démontrer scientifiquement ! On trouve aujourd’hui ces petites fantaisies aux formes tordues, aux couleurs hybrides et aux noms mystérieux (tuméric, capucine tubéreuse, chervis…) à toutes les sauces ! Elles sont des ingrédients miracle pour jongler avec les saveurs sucrées, salées et acidulées de la « World Cuisine ». D’aspect dodu, parfois tentaculaire, elles sont devenues les nouvelles pépites du potager des grands chefs et des coquins de la St Valentin !
Epice fétiche de la cuisine traditionnelle indienne, le curcuma fait partie de ces poudres dorées qui affichent d’infinis pouvoirs thérapeutiques. C’est en fait un mélange d’amidon, d’huiles essentielles et de curcumine concentrée dans la tige souterraine d’une plante du Sud de l’Asie. Il est souvent appelé le « safran de l’Inde » pour les teintes solaires dont il colore toute préparation ; les principes ayurvédiques lui prêtent le pouvoir d’harmoniser les énergies vitales. Particulièrement riche en anti-oxydants puissants qui neutralisent les radicaux libres, il est effectivement un anti-inflammatoire reconnu. Il corrige l’acidité des plats, soulage les douleurs menstruelles et digestives et peut être utilisé en cataplasme pour apaiser certaines conditions dermatologiques comme le psoriasis, l’acné ou l’eczéma. L’associer avec du poivre, des huiles végétales ou de l’ananas renforce son action thérapeutique qui reste faible si elle se limite à une utilisation culinaire. Pour qu’il soit vraiment efficace, des suppléments sous formes de gélules apporteront des quantités plus efficaces
Autre tubercule légendaire pour ses propriétés médicinales : le gingembre. Comme une grande majorité des épices, il augmente la température corporelle : idéal en cas de rhume ou de soirée en tête à tête ! Utilisé frais, en carpaccio, en tisane, en poudre, confit ou en capsules il a un rôle anti-inflammatoire reconnu scientifiquement. L’ONU a entériné ses vertus digestives car il stimule la production de bile et d’enzymes digestives et apaise les sensations de nausées (en cas de grossesse, mal des transport, chimiothérapies …) … sans effets secondaires ! Il est aussi un fortifiant et nombreux sont les sportifs qui affirment que le gingembre réduit significativement les douleurs musculaires après l’effort.
Pour favoriser la digestion, l’endormissement, la mémoire, combattre la fatigue et l’acidité gastrique, la cannelle tient aussi une place de choix sur l’autel des épices. Associée à une cuillère de miel, ses effets antioxydants, antiseptiques et vermifuges sont décuplés… délicieusement !
Ingrédients devenus aujourd’hui aussi indispensables que le sel et le poivre, ces « épices de la vie » sont des conservateurs naturels qui permettent sur un plan diététique de réduire le trop salé et le trop sucré. Une manière gourmande et pimentée de réveiller notre ancestrale mémoire culinaire !
Francine Joyce – diététicienne
Paru dans L’Echo Avril – Mai 2017