Sweet Teens

sandwich

Sweet Teens! L’alimentation des adolescents

13 septembre 2011 06:00

Non ! Non ! Non ! Tout ne se joue pas avant 6 ans ! Plus déterminante encore que l’enfance … la période de l’adolescence conduit les jeunes à détourner les valeurs qu’ils ont mis 15 ans à s’approprier !

Dés 12 ans, ils veulent affirmer leur indépendance avec une vigueur déroutante et dans les domaines les plus variés. Leur manière de se nourrir et de dépenser leur argent de poche en bonbons, chips et fast food contre toutes les directives parentales est le reflet de cette quête d’identité. Le triple chocolate muffin est ainsi devenu à l’instar du hamburger, plus qu’un aliment … il est un style de vie !

Les ados mangent mal et ils le savent ! Ils mangent devant la télé, dehors, et en tout cas, le plus loin possible de la cantine ou de la table familiale ! Londres, capitale des « take-aways », regorge de boutiques qui proposent des plats à emporter chauds et prêts à déguster plus ou moins exotiques : Chinois, Indiens, Mexicains, British aussi (bien sûr) … qui font le bonheur des jeunes et le cauchemar des diététiciennes ! Barquettes de Canard laqué, de Curry, de Tacos, de fish & chips viennent ainsi « parfumer » quotidiennement les abords des Lycées et menacer l’équilibre nutritionnel de générations de jeunes consommateurs en quête de transgressions gustatives ! Une cannette de Boost à la main, un Krispy Kreme dans l’autre pour vous faire comprendre qu’à 15 ans on ne mange pas les mêmes choses ni de la même manière que ses parents ou ses petits frères.

La réalité nutritionnelle derrière la mauvaise image des fast food est terrifiante : plats riches en gras, en sucres, en sel et en produits chimiques ; pauvres en fibres et en vitamines. Ils font augmenter les radicaux libres dans le sang à la vitesse de la lumière (+ de 125 % après une heure !). Le choix des menus ainsi que leurs composants sont limités. Pourtant, c’est une restauration à succès : nos enfants y vont … et y retournent !

La première motivation de ces snacks sur le pouce, n’est donc pas la qualité de l’alimentation (déséquilibrée et difficile à digérer), c’est la convivialité d’un « repas » entre copains qui se comprennent et qui partagent non seulement le même sandwich dégoulinant de mayonnaise mais aussi les mêmes questions, les mêmes révoltes intérieures, les même désirs d’autonomie, de besoins d’exploration, de découvertes, d’évasion !!!

Laissons donc nos ados rêver ensemble mais ne perdons pas de vue non plus leur besoins nutritionnels. C’est à cet âge qu’ils consolident ou fragilisent leurs artères et leur potentiel santé. Ils apprécient quand même toujours (loin du regard des copains) les bons petits plats de maman. Assurez-vous donc que ceux-ci leur apportent les vitamines, minéraux et fibres qui font défaut dans l’ensemble de leurs fast-food préférés ! Profitez des vacances et des week-ends en famille pour qu’ils retrouvent les plaisirs d’un «Home Sweet Home » savoureux et sans excès de calories !

article paru sur ” Mamans à Londres ” le 13 Septembre 2011